Le GONm, association reconnue d'utilité publique, en quelques chiffres :

  • plus de 1100 adhérents
  • plus de 200 observateurs
  • 9 salariés
  • 750 000 données en fichier
  • 30 réserves
  • 100 refuges
  • plus de 500 animations par an sur nos réserves
  • plus de 8 000 participants par an à ces animations.

La base de nos actions est, avant tout scientifique : enquêtes, études, publications constituent le quotidien de l'association.
Nous utilisons ces données pour alerter les responsables lorsque le patrimoine ornithologique est menacé. Notre démarche est toujours étayée par des arguments scientifiques et nous n'intervenons que lorsque nos études en démontrent la nécessité.
Ces données scientifiques sont aussi utilisées pour créer, puis gérer des réserves : le réseau du GONm est le plus ancien de Normandie.

Le Cormoran, notre emblème

L’emblème du Groupe Ornithologique Normand est un Grand Cormoran placé sur la carte de la Normandie.
En effet, à la fin des années 1960, le Grand Cormoran était un oiseau très rare en France, menacé de disparition et les seuls couples nicheurs français étaient situés dans notre région, tant en Haute qu'en Basse-Normandie : voilà pourquoi le grand cormoran est devenu notre emblème.

Activités :

Au GONm, trois grands types d'activités :
  • observer et étudier les oiseaux sauvages de Normandie dans leur milieu,
  • protéger les oiseaux et leurs habitats,
  • initier et sensibiliser le plus grand nombre à l'ornithologie.
Pour cela, l'association peut compter sur ses salariés et sur un nombre d'adhérents toujours plus grand : tous concourent aux progrès des connaissances ornithologiques et à une efficacité accrue de ses actions en faveur de l'oiseau libre dans une nature normande mieux préservée.
En œuvrant pour les oiseaux et la nature, le GONm agit pour vous et avec vous.

Une association :

  • créée en 1972, reconnue d'utilité publique en 1991, couvrant les deux régions et les cinq départements normands.
  • de 1100 adhérents et emploie une dizaine de salariés.
  • d'études ornithologiques et écologiques, gestionnaire d'un réseau de plus de trente réserves et de plusieurs dizaines de refuges. Le GONm a ainsi acquis plus de 120 hectares de prairies humides. Il gère aussi les principales colonies d'oiseaux marins de Normandie et les principaux plans d'eau douce.
Le GONm fonctionne pour l'essentiel grâce aux actions bénévoles menées par ses adhérents :
  • il valorisera les observations en les intégrant à son fichier riche de plusieurs centaines de milliers de données. Celles-ci serviront à des études, des rapports, des publications...
  • il permet d'agir concrètement pour la protection des milieux et des oiseaux en gérant des réserves, en en achetant certaines,
  • il offre annuellement des centaines d'occasions de se perfectionner grâce à des stages, des animations, des conférences...

Objectifs :

Étude des oiseaux sauvages de Normandie.

  • Le GONm conduit de nombreuses enquêtes, certaines à son initiative, qui permettent de mieux cerner le statut des espèces normandes, de mieux comprendre leur écologie et de mieux connaître les milieux naturels normands : suivi permanent des oiseaux communs par réseau de points d'écoute, enquêtes sur les milieux ouverts (oedicnèmes...), sur les landes, recensements des oiseaux marins nicheurs...
  • Il relaie les enquêtes nationales ou internationales telles que le recensement des oiseaux échoués coordonné par le Danemark, le BIROE (IWRB)...
  • Il collecte les observations de ses bénévoles dans plusieurs fichiers de plus de 500 000 données au total : fichier des observations, fichier nids, fichier familles, fichier baguage...
  • Il a réalisé plusieurs atlas de répartition, en particulier l'atlas des oiseaux nicheurs normands (Normandie et îles anglo-normandes), atlas des oiseaux de Normandie en hiver, actuellement en vente.

Protection et sauvegarde des milieux.

  • Le GONm réalise de nombreuses études : mise en réserve naturelle, études d'impact, inventaires, suivis patrimoniaux.
  • Le GONm intervient dès qu'il y a menace sur une espèce ou sur un milieu de valeur. Pour cela, il entretient des contacts avec les administrations, les élus... Il vient par exemple, grâce à des contacts nombreux avec les administrations françaises et surtout européennes, d'obtenir une réserve naturelle dans l'estuaire de la Seine (marais du Hode) et une zone de protection spéciale dans la basse vallée de la Seine. Cela a été possible grâce à une étude "prairies humides" centrée surtout sur le râle des genêts.
  • Il intervient, avec efficacité, contre les destructions de milieux (Marais de Carentan, marais de Ver - Meuvaines , estuaire de la Seine et désignation de ZPS-ZICO), les excès de la chasse...
  • Ses moyens d'action sont la participation à diverses commissions, l'envoi de dossiers argumentés, les interventions par voie de presse, les actions en justice.
  • Le GONm s'est concrètement investi dans la gestion en ayant créé un réseau de refuges ornithologiques et, surtout, un réseau de 36 réserves ornithologiques dont les plus prestigieuses sont Chausey, Vauville, Saint-Marcouf, Tatihou, la Grande Noé...
  • Toutes nos réserves font l'objet de surveillance ornithologique et sont le site de chantiers et d'études.

Sensibilisation et diffusion des connaissances.

Afin de sensibiliser un vaste public à l'ornithologie, à la protection des oiseaux et des milieux qui les abritent, le GONm a entrepris de nombreuses actions d'animation destinées au grand public, aux scolaires, aux enseignants ... plus de 600 animations par an, plusieurs mois d'exposition et une vingtaine de stages permettent aux adhérents ou au grand public de découvrir les oiseaux sauvages dans leur milieu.

Collaborations

  • Les études menées par le GONm n'ont pas pour vocation de rester confidentielles et inopérantes. La participation d'autres acteurs au recueil des données permet des rencontres fructueuses et utiles à la nature.
  • C'est ainsi que des agriculteurs des marais de Carentan (Saint-André-de-Bohon en particulier) ont participé à une étude sur la chronologie de reproduction des oiseaux nicheurs des prairies humides.
  • Par ailleurs, le GONm a signé une convention avec l'ONF qui permet d'agir au mieux pour les oiseaux des forêts domaniales normandes, tout en permettant les activités habituelles de l'ONF. Un peu partout en Normandie, des forestiers de l'ONF et des adhérents du GONm se rencontrent sur le terrain dans le cadre d'un double réseau de correspondants dans beaucoup de massifs domaniaux normands.
  • De plus, le GONm participe activement au mouvement visant à l'écocertification forestière : nos relations avec les forestiers privés sont donc là aussi régulières, constructives et intenses.