Aller à la recherche

GONm Actu spécial "Oiseaux échoués"

fulmarborealmt2015.jpg
 

Pendant les mois d’hiver, la mer de la Manche accueille, en plus de l’avifaune sédentaire, de nombreux oiseaux, pour la plupart originaires du nord de l’Europe. Les oiseaux marins, notamment en hiver, s’exposent à de multiples menaces et, à la mortalité naturelle, s’ajoute une mortalité directe liée aux activités humaines. Si la découverte d’oiseaux, principalement marins, échoués sur le littoral est chose commune en hiver, la quantification des échouages et la détermination des causes de mortalité apportent des informations tant sur les espèces elles-mêmes que sur la qualité du milieu marin. C’est sur ces bases que le GONm a organisé, en 1972, la première enquête de recensement des oiseaux échoués sur les côtes normandes, enquête qui, 45 ans après, reste d’actualité.

 

Enquête Oiseaux Échoués : 25 et 26 février 2017

 

Photo n°1 : L’enquête "oiseaux échoués", prospection de la laisse de mer

 

En févier 2016, 271 km de littoral ont été prospectés dans le cadre de cette enquête Oiseaux Échoués. Soixante-dix-huit oiseaux ont été découverts pour 14 espèces identifiées, soit l’un des taux d’échouage les plus bas des 45 dernières années. Si la cause de mortalité reste inconnue pour la majorité des oiseaux, le taux d’oiseaux portant des traces d’hydrocarbures est de 0,05 %. Qu’en sera-t-il en 2017 ?

 

Les 25 & 26 février prochains, nous invitons donc les adhérents du GONm à se mobiliser pour visiter les plages à la recherche des oiseaux échoués.

 

Si vous souhaitez participer, merci de contacter nos coordonnateurs locaux qui organiseront les prospections :

Département de la Manche : Jocelyn Desmares jodesmares@laposte.net

Département du Calvados : Robin Rundle robinrundle@free.fr

Département de Seine-Maritime : desmet.gunter@orange.fr

 

Figure 1 : Taux d’échouage par année (d’après Le Guillou, 2006)

 

Figure 2 : Proportion d’oiseaux mazoutés (d’après Le Guillou, 2006)

 

 Enquête EcoQO

 

Depuis la signature du traité en 1992, la Commission Oslo Paris (OSPAR) travaille sur l’identification des menaces sur l’environnement marin et a mise en place des programmes et des mesures pour s’assurer de l’efficacité des actions nationales pour les combattre. Elle a ainsi mis en place des objectifs de qualité écologique du milieu marin (Ecological Quality Objectives) et les indicateurs associés, et en particulier les indicateurs Fulmar-litter et Oiled-guillemots.

Depuis 2014, ces deux enquêtes ont été mises en œuvre par le GONm sur le littoral normand avec l’aide de l’Agence des Aires Marines Protégées et l’Agence de l’Eau Seine Normandie.

 

Il s’agit de ramasser les cadavres de fulmar boréal et de guillemot de Troïl découverts morts sur les plages. Ces cadavres sont ensuite nécropsiés afin :

  • dans le cas des guillemots de rechercher des traces externes et internes d’hydrocarbures ;

  • dans le cas des fulmars de rechercher la présence de plastiques dans leur estomac.

 

Les 25 & 26 février prochains, mais aussi à tout moment de l’année, nous vous invitons donc à rechercher et collecter tous les cadavres de fulmar et guillemot que vous pourrez trouver. Pour cela, vous pouvez, quel que soit son état de décomposition mettre le cadavre dans un sac (ou 2 !) en plastique fermé hermétiquement, et noter le lieu et la date de collecte ! Des congélateurs de stockage sont disponibles à Caen mais également chez certains adhérents (nous contacter pour avoir les coordonnées).

 

En 2016, six cadavres de fulmar ont été collectés et nécropsiés et 100 % d’entre aux présentaient du plastique dans leurs estomacs.

 

Photos n°2 & 3 : Estomac de fulmar et contenu stomacal (G. Le Guillou)

Figure 3 : Evolution de l’indice EcoQO Fulmar-Litter de l’hiver 2013-2014 à l’hiver 2015-2016

 

En 2016 toujours, 30 cadavres de guillemots ont été collectés et nécropsies, 21 % d’entre eux présentaient des traces d’hydrocarbures.