La réserve des Marais de Carentan

Coordonnées GPS : 49,261 N et - 1,198 W

Description

Les Marais dits de Carentan sont une vaste dépression humide d’environ 25000 hectares traversées de plusieurs cours d’eau qui, tous, se jettent en mer en baie des Veys par des portes à flots. Ces marais deviennent, en hiver, un vaste plan d’eau. Au printemps, les prairies de fauche alternent avec les prairies pâturées. Au sein de ces marais, desquels le GONm a acheté plus de 200 hectares de prairies :  début 2018, le GONm est propriétaire de 212 ha dans la vallée de la Taute dont 147 ha qu’il a faits désigner en Réserve naturelle régionale et 65 ha hors RNR.

Cet ensemble de parcelles n’est pas d’un seul tenant mais toutes ont en commun d’être inondables et d’une valeur patrimoniale remarquable grâce à une grande diversité de milieux et d’espèces sur une surface relativement restreinte. Les objectifs de gestion sont le maintien d’un milieu herbager, le maintien d’une nappe d’eau affleurante au printemps, le maintien du caractère ouvert du milieu et la diversification des habitats.

Pour aboutir à ce résultat, plus de 12 exploitants acceptent nos demandes (fauches tardives, voire alternées, pâturage extensif), tandis que nous gardons la gestion des niveaux d’eau par des ouvrages hydrauliques dès que nous en avons la possibilité.

Intérêt ornithologique

140 espèces d’oiseaux ont été observées, mais l’intérêt majeur concerne les nicheurs rares : busard des roseaux et busard cendré, butor étoilé, locustelle luscinioïde, mais aussi sarcelle d’été, râle d’eau, courlis cendré, vanneau huppé, gorgebleue à miroir, locustelle tachetée, bouscarle de Cetti, bergeronnette flavéole, traquet tarier, phragmite des joncs et bruant des roseaux. Bien d’autres espèces peuvent aussi être observées en migration, la réserve du « Cap » étant, sur l’ensemble des marais de Carentan, le principal site de passage du rarissime phragmite aquatique. L’hiver, la nappe d’eau accueille surtout des laridés, tandis que les parties exondées sont fréquentées par les hérons, cigognes, bécassines, ....

Vous rendre à la réserve GONm des Marais de Carentan

Pour assurer la quiétude des réserves, le public n’est pas autorisé à y pénétrer, mais avec le trajet que nous proposons, il est facile d’assister au passage de proie du mâle de busard des roseaux à sa femelle, à la parade du courlis cendré, d’observer la cigogne blanche arpentant le marais ou d’écouter le babil du phragmite des joncs. De la vieille église de Graignes (« le vieux bourg »), belle vue sur les marais dont la réserve des Défends à vos pieds, à l’ouest. Prendre ensuite la D89 vers le nord et traverser l’étroit détroit de marais entre deux buttes bocagères. Arrêtez-vous après avoir franchi le canal de Vire-Taute, au lieu-dit le Port des Planques.

Visite 1 : réserve de Pénême

Si le site n’est plus ou n’est pas encore submergé : du parking, passez la barrière et suivez le canal (sentier vers le sud-est) en le laissant à votre droite pendant presque 3 km. Vous emprunterez alors le pont pour franchir le canal et revenir par l’autre rive vers le Port de Planques. De part et d’autre du canal, vous êtes légèrement en hauteur et vous pouvez observer les marais, dont une bonne partie est en réserve du GONm (accès interdit en dehors des animations).

Visite 2 : réserve du Cap

Toujours depuis le Port des Planques, longez le canal cette fois vers l’ouest par l’une ou l’autre des rives. Au bout de 3 km, vous retrouverez un pont qui vous permettra de revenir par l’autre rive, si vous le souhaitez.

Là aussi, sur une partie du parcours, vous longez les réserves (accès interdit en dehors des animations).