Atlas des oiseaux de Normandie 2016-2019

Journal de l’Atlas n°8 / Avril 2017

Un bilan provisoire de l’hiver 2016-2017

285 cartes ont été attribuées à 162 participants inscrits. 83 % du territoire a été couvert : 234 cartes avec des observations qualitatives dont 54 avec, en plus, des relevés semi-quantitatifs

Volet qualitatif

En moyenne, 46 espèces ont été trouvées sur les cartes parcourues au cours de ce premier hiver ; le maximum étant de 143 espèces.

Volet semi-quantitatif

Les 4 parcours d’une demi-heure effectués cet hiver sur chacune des cartes où la prospection semi-quantitative s’ajoute à la prospection qualitative ont permis de rencontrer, en moyenne, 38 espèces; le maximum étant de 92 espèces, le minimum de 24. Ceci s’est traduit par 179 données en moyenne (maximum de 570 et minimum de 76).

Abondance relative

L’abondance relative d’une espèce est le pourcentage du nombre de contacts qu’elle totalise par rapport à la somme de l’ensemble des contacts toutes espèces confondues, à l’échelle d’une carte ou de la Normandie selon l’objectif (cartographique/statistique).

 

L’espèce la plus fréquente est le merle noir, suivi du pinson, etc. ; voici les 40 premières :

À titre d’exemple, la carte, très provisoire, de la sittelle torchepot vous est montrée ici avec le rendu par krigeage. Cette carte est évidemment approximative à ce stade de l’enquête.

La reproduction bat son plein

Volet qualitatif

Les oiseaux migrateurs sont de retour, les oiseaux chantent, transportent des brindilles, entrent dans des cavités, nourrissent leurs jeunes, … : autant d’indices de nidification à noter et reporter. Pour certaines espèces, la saison de reproduction est sur le point de s’achever ; pour d’autres, elle n’est pas encore commencée.

Programmez donc vos sorties tout au long de la saison, de mars à juillet ; plus on avance dans le temps, plus les indices de nourrissage, de sorties du nid seront nombreux donc faciles à obtenir, y compris pour les espèces peu communes dont vous aurez repéré les cantonnements en début de période.

La liste des indices de nidification tout comme la liste des espèces vous ont été présentées dans le précédent numéro du journal de l’atlas : vous pouvez donc vous y reporter.

À la fin de la saison de reproduction, vous utiliserez le fichier téléchargeable à l’une ou l’autre de ces adresses :

.xls : https://goo.gl/lxpHQ9

.ods : https://goo.gl/i7UR6k

et, à la fin de la saison de nidification, vous l’adresserez à atlasnormand@gmail.com.

 

Semi-quantitatif

Par carte échantillonnée, il reste à faire la seconde session (la première sera finie quand vous lirez ces lignes puisque le terme était le 30 avril). À la seconde session, du 15 mai au 30 juin 2017 (session B), sur les secteurs 7 et 10, vous devrez effectuer dans les 3 heures qui suivent le lever du soleil, 6 points d’écoute de 5 minutes par secteur, permettant de recenser au mieux les espèces communes ; ces points ne doivent donc pas vous faire aller vers les milieux les plus rares ; c’est vous qui les choisissez au sein du secteur considéré en faisant en sorte de couvrir tous les grands types de milieux représentés (bocage, plaine, forêt, lande, dune…).

Pour chaque point de 5 minutes, vous aurez à noter toutes les espèces contactées (à vue ou à l’ouïe), soit 2 x 6 relevés de 5 minutes pour chacun des deux secteurs restant à couvrir.

À la fin de la saison de reproduction, vous utiliserez le fichier téléchargeable à l’une ou l’autre de ces adresses :

.xls : https://goo.gl/lxpHQ9

.ods : https://goo.gl/i7UR6k

Tourterelle turque (Photo Gérard Debout)

 

et, à la fin de la saison de nidification, vous l’adresserez à atlasnormand@gmail.com.

Quelques nids normands (Photos Gérard Debout)

Colonne de gauche, de haut en bas : grèbe castagneux, gravelot à collier interrompu, hirondelle de rivage

Colonne de droite : faucon crécerelle, tadorne de Belon, pinson des arbres