Accéder à toutes les analyses année par année des enquêtes TENDANCES en cliquant ici :
                    www.gonm.org/.../Observatoire-des-oiseaux-communs/Tendances

Télécharger :

Calendrier :

calendrier-sessions-Tendances.jpg
 

Buts :

Alors que nous connaissons de mieux en mieux l'évolution des populations d'espèces menacées ou à répartition ponctuelle (cigogne, busards, grand cormoran...), la situation des espèces banales apparemment "sans histoire" est rarement évoquée, sauf à l'occasion de bilans généraux exposés dans les atlas.

II en est ainsi depuis le 19ème siècle : les listes établies par les premiers écrivains naturalistes régionaux sont systématiquement muettes de tout commentaire pour les espèces "communes" à l'époque. Du coup, il est difficile de cerner avec précision les conditions dans lesquelles certaines d'entre elles ont régressé jusqu'à nos jours. Les exemples ne manquent pas : moineau friquet, cochevis huppé, torcol fourmilier, pies-grièches... et, dans un passé plus récent, chouette chevêche, fauvette grisette, rouge queue à front blanc et aussi moineau domestique.

Le réseau des naturalistes amateurs assez dense en Normandie a pu détecter au cours du 20ème siècle des acquisitions ou extensions d'aire de répartition de certaines espèces : le serin cini et le rouge queue noir, la tourterelle turque, le pic noir, la cisticole des joncs sont de nouveaux venus détectés par les ornithologues attentifs. Inversement, la tendance au repli géographique ou au déclin démographique est rarement notée dès les prémices.

Des suivis locaux de populations nicheuses donnent des indices généralisables à condition que de nombreux observateurs mènent ces comptages de façon durable.

Le BTO a ainsi pu exprimer l'évolution des populations de nombreux passereaux grâce aux résultats du "Common Bird Census". Mais, cette technique est trop lourde pour la majorité des amateurs, dont le temps libre est mesuré. De plus, comme le programme STOC, elle ne concerne que les oiseaux en période de nidification.

L’enquête baptisée "Tendances", a débuté en avril 1996. Elle est régionale et concerne tout au long du cycle annuel les populations des espèces « d’oiseaux communs » dont les variations démographiques sont difficiles à cerner. Elle est basée sur le principe « présence – absence » et sur la comparaison des résultats obtenus année après année dans les mêmes conditions.

 

Durée :

Le circuit de base, sur un itinéraire à sa convenance, doit durer une demi-heure. Il sera parcouru tous les deux mois, dans une fourchette ainsi programmée : du 15 février au15 mars, du 15 avril au 15 mai, du 15 juin au 15 juillet, etc…Il y a donc 6 sessions par an et chaque année, la date doit être aussi proche que possible de celle de l’année précédente, le circuit doit être toujours parcouru dans le même sens et le matin, dans les 3 heures qui suivent le lever du soleil.

Le choix du circuit n’est pas commandé par le paysage, le milieu peut être hétérogène, passer du faubourg au bocage, traverser un bosquet ou un ruisseau, aller de votre rue au parc voisin etc. La modification d’une partie du parcours au fil des ans ne doit pas entrer en ligne de compte, puisque aucun parcours n’est affilié à un paysage fixe.

Cette enquête est dont très facile puisque vous choisissez votre parcours, et cela ne vous demande qu’une demi-heure tous les deux mois.

 

Relevés :

Au cours du parcours, les espèces sont notées dans l’ordre dans lequel elles sont contactées la première fois, que ce soit à vue ou à l’oreille, posées ou en vol.

Menée sur plusieurs années, cette enquête permet de suivre l’évolution des populations d’oiseaux tout au long de l’année sur les mêmes trajets quels qu’en soit les modifications inhérentes à l’homme.

Cette enquête est mise en pratique par plusieurs dizaines de participants. Plus de 130 circuits sont actuellement couverts par plus de 70 observateurs.

Les formulaires sont à retourner directement à Claire Debout par courrier électronique en utilisant le formulaire électronique proposé ici à ou par voie postale au local.