Aller à la recherche

17/04/2020 06:28

GONm et COVID19

Que devient le GONm pendant le confinement ? Un bref bilan au bout d’un mois.

Le confinement s’est abattu sur le GONm comme sur chacun de nous, au printemps alors que le soleil brille et que la saison de reproduction est bien entamée.

Outre le désagrément personnel que nous subissons, l’impossibilité de sortir dans la nature qui empêche nos adhérents bénévoles d’effectuer les observations habituelles va rompre plusieurs longues séries de suivis, ce qui sera scientifiquement fort dommageable pour la connaissance de la biodiversité !

Certes, on peut toujours observer les oiseaux de son domicile, ou dans un rayon d’1 km autour de chez soi pendant une heure mais nous sommes loin du compte.

 

Ceci étant dit, l’activité bénévole de certains membres se poursuit sur le plan administratif : confinés devant notre ordinateur, nous poursuivons notre action d’administration de notre association, le GONm : signatures de conventions, de commandes d’études, de rédaction d’études, d’exploitation des données... Mais aussi signatures de contrats de travail pour le printemps !

En effet, l’activité salariée se poursuit : après quelques heures de battement (mais pas d’abattement !), j’ai signé un document expliquant que les recherches sur le terrain ne pouvaient pas être menées en télétravail et, avec l’accord du bureau et des salariés concernés, ceux d’entre eux qui font du terrain ont pu, dès les premiers jours, y aller faire l’essentiel des études prévues (en dehors du littoral).

Il aura fallu quelques jours de délai pour avoir le droit d’aller en mer et encore plus pour avoir le droit d’aller sur le DPM : autorisation obtenue d’abord dans le Calvados, puis dans la Manche et pas encore (mais il semble que ce soit imminent au moment où j’écris ces lignes, le 17 avril 2020) pour la Seine-Maritime.

Au total, avec du télétravail, un peu de chômage partiel et malgré des absences plus ou moins longues pour garder des enfants en bas âge, notre activité salariée depuis 1 mois n’aura pas été énormément affectée : je tiens à remercier très chaleureusement ici les salariés qui se sont démenés pour que nous obtenions les autorisations nécessaires au maintien de cette activité vitale.

 

Pour nous, pauvres adhérents bénévoles, nous nous contenterons de ce qui apparaît sur le forum. Nous pouvons aussi lire, par exemple le Traité de l’origine des macreuses sur ce site … et nous attendons.

L’Assemblée Générale, annulée, est reportée à une date ultérieure inconnue mais qui pourrait avoir lieu à l’automne ? Nous n’en savons rien, bien qu’ornithologues, nous n’utilisons pas les oiseaux pour la divination : l’auspice qui consiste à regarder le vol des oiseaux pour deviner l’avenir n’est pas encore dans nos cordes !

 

On entend parler d’un nouveau monde, après la pandémie, et qui s’occuperait mieux de la nature et la respecterait plus : faut-il y croire ? Nous pourrons en tous cas y contribuer en mettant chacun d’entre nous la main à la pâte et en n’attendant pas que cela vienne d’ailleurs !

Je vous souhaite de la patience et du courage. Je vous souhaite de réfléchir et d'envisager les façons de vous engager pour agir, mieux connaître et mieux protéger les oiseaux sauvages de Normandie après le déconfinement ! Je vous souhaite enfin une bonne santé.

Gérard Debout, président du GONm