• Commune (Dpt) :Flers (61)
  • Date de création :1994
  • Statut :Collectivités territoriales
  • Conservateur :Etienne Lambert
  • Superficie :+/- 20 ha
  • Milieu principal :Parc urbain
  • Statut : 

Cette réserve a été créée en 1994. Elle recouvre plusieurs types de milieux. On trouve tout d'abord les bâtiments, c'est-à-dire le château et la mairie, classés monuments historiques. Ensuite il y a le parc, vieille hêtraie plantée au 18e siècle, qui a souffert de la tempête de 1999. Une clairière est apparue au centre de la futaie et de nombreuses parcelles sont en renouvellement. Enfin il y a les rivières et les étangs, qui recouvrent à peu près sept hectares. A ces trois milieux importants s'ajoutent une petite parcelle de prairie marécageuse qui s'est avérée être une scirpaie mésophile contenant de nombreuses plantes intéressantes ; et une grande pelouse qui sert de garde-manger pour les oiseaux.

Les deux milieux les plus intéressants au plan ornithologique sont sans aucun doute la futaie et les étangs. Sur les 95 espèces d'oiseaux ayant fréquenté la réserve depuis 1994, 52 % ont été notées dans la futaie, 38 % sur les étangs et 10 % sur les bâtiments.

L'intérêt de la réserve réside dans sa dimension pédagogique. En effet la présence dans un espace réduit, environ une vingtaine d'hectares, de nombreuses espèces d'oiseaux, permet une découverte facile de l'avifaune locale. De plus les oiseaux sont habitués à la fréquentation humaine et se laissent facilement approcher, leur distance de fuite est très faible (jusqu'à 1 à 2 m pour les moins farouches !). D'observation extrêmement facile, ils mettent les enfants et leurs parents au contact de la nature. C'est cette dimension d'apprentissage de la nature dans le cadre d'une réserve urbaine, donc au plus près de la réalité des français du 21e siècle, citadins pour l'essentiel, qui a été privilégiée par le GONm et la mairie de Flers.

Idéale pour les ornithologues débutants, elle est aussi pleine de surprises pour l'ornithologue confirmé. Les étangs permettent d'observer, avec de la chance, des raretés à l'intérieur des terres tels les harles huppé et bièvre, le plongeon catmarin et la guifette moustac. De septembre à mars il faut venir au matin pour découvrir les différentes espèces de canards (pour les canards de surface il ne manque que la sarcelle d'été, tous les autres ont été vus). De mars à août c'est la futaie qui doit vous retenir, qui préserve l'essentiel des quarante espèces nicheuses de la réserve, dont le discret grosbec-cassenoyaux cohabitant avec une colonie de 200 couples de corbeaux freux.

En bref il se passe toujours quelquechose dans la réserve de Flers !

Etienne Lambert