Aller à la recherche

Mot-clé - nouvelles

Fil des billets Fil des commentaires

07/05/2020 03:43

Que devient le GONm pendant le confinement ?

Un bref nouveau bilan au bout de deux mois :

Malgré le confinement, le GONm poursuit une bonne part de ses activités grâce à des bénévoles confinés et grâce aux salariés, en particulier ceux qui ont eu la possibilité administrative d’aller sur le terrain. Même si certains suivis à long terme risquent de connaître une coupure fort dommageable, les études se poursuivent presque toutes, en particulier sur les réserves.

Vous pouvez suivre, sur le forum du GONm, le fil de discussion consacré aux réserves : vous pourrez ainsi faire, quelques secondes, « comme si vous y étiez » : http://forum.gonm.org/viewtopic.php?f=12&t=644. Vous y découvrirez de belles photos et de belles observations !

http://forum.gonm.org/download/file.php?id=6409&t=1Le confinement a permis à certains oiseaux de se reproduire en paix, ce qui pour eux est une nouveauté : à la réserve GONm de Chausey, les grands cormorans sont très peu farouches mais les effectifs sont malgré tout plutôt en baisse : les problèmes de fond de la qualité de l’environnement (stocks de nourriture en particulier) demeurent.

Pire, certains se croyant désormais seuls dans la nature en profitent misérablement : à Chausey, un goéland argenté a été tué au fusil par une personne non identifiée mais qui ne peut être qu’un pêcheur ou un conchyliculteur puisque ce sont les seuls qui sont en mer en ce moment (le GONm porte d'ailleurs plainte). A la réserve GONm de la Grande Noé, d’autres en profitent pour venir déverser des amas de déchets (pneus, canapés, etc.) !…

 

Toujours confinés devant notre ordinateur, nous poursuivons et nous avons même engagé quatre nouveaux salariés, comme à chaque printemps, pour nous permettre de réaliser les études commandées : points d’écoute dans l’estuaire de la Seine, râle des genêts, goélands de Cherbourg, oiseaux des plages, plan de gestion de la RNR des marais de la Taute. Nous poursuivons la rédaction d’études et de bilans et, surtout, nous avons achevé la collecte des données de l’atlas : 195 espèces nicheuses et 235 espèces hivernantes ; pour le semi-quantitatif, 96 % des points d’écoute couverts en période de reproduction et 98 % des transects en hiver. C'est donc un grand succès qui se traduit par un fichier final de plus de 119 000 données en hiver et de plus de 195 000 données pour la reproduction (données reçues, validées et doublons éliminés), ce qui représente pour le secrétaire bénévole de l’association (Bruno Chevalier) plus de 800 heures de travail ! Ce sont ces 315 000 données qui nous permettront de construire les cartes à venir.

 

Le nouveau monde annoncé n’est toujours pas là : nous ne sommes pas sortis de l’auberge et la bureaucratie pèse toujours autant sur la vie de tous les jours. Qu’on en juge par ces deux exemples :

  • Pour que la Région nous verse un financement qu’elle nous doit depuis deux ans, il lui faut une copie recto-verso de ma carte d’identité : imaginez la tête de votre boulanger lorsque vous lui direz que vous ne lui paierez votre baguette de pain que s’il vous montre une copie recto-verso de sa carte d’identité ;
  • Pour que l’OFB nous paie une étude faite et rendue, il faut les comptes de 2019, évidemment non encore validés puisque l’AG n’a pas eu lieu : là encore, imaginez la tête de votre boucher lorsque vous lui direz que vous ne lui paierez votre tranche de jambon blanc que s’il vous présente son bilan comptable de l’année précédente.

Comme vous le savez, l’Assemblée générale a été annulée et reportée à une date ultérieure : elle pourrait se dérouler à Caen le samedi 26 septembre à Caen (mais rien n’est encore fixé) en lieu et place du week-end de la Saint-Michel à Carolles qui est annulé.

Soyez toujours patients et prudents.

Gérard Debout, président du GONm