Aller à la recherche

Mot-clé - hivernage

Fil des billets

mercredi 29 juin 2016 17:44

L’hivernage des hérons coloniaux arboricoles en Normandie, hiver 2014-2015

Les hérons pris en considération par cette enquête sont deux espèces d’ardéidés coloniaux et arboricoles qui ne font partie de l’avifaune normande que depuis peu puisque la première donnée de présence hivernale d’une de ces espèces ne remonte qu’à 1989 : ce sont l’aigrette garzette et le héron garde-bœufs auxquels nous avons ajouté la grande aigrette, bien qu’en période internuptiale, elles soient moins grégaires que les deux autres espèces. Ces trois hérons sont désormais non seulement présents en Normandie en période internuptiale, mais ils sont aussi devenus des espèces nicheuses. Ces dortoirs souvent plurispécifiques peuvent rassembler, éventuellement, outre les trois espèces visées, le héron cendré, mais aussi des grands cormorans, la spatule blanche.

Compte tenu des estimations qui prennent en compte la couverture de l’enquête, on peut estimer que :

  • la population hivernante d’aigrette garzette en Normandie augmente désormais lentement et les effectifs en décembre comptent au moins 1800 individus ;
  • la population hivernante de grande aigrette est sans doute supérieure à 250 oiseaux, cette espèce ne se prêtant pas à un recensement aux dortoirs ;
  • la population hivernante normande de héron garde-bœufs peut être estimée à environ 500 individus.
Aigrette garzette en hiver à Carteret (photo Gérard Debout)
Aigrette garzette en hiver à Carteret (photo Gérard Debout)

 

Gérard Debout

L’hivernage du grand cormoran en Normandie 1990-2014

Le grand cormoran est un hivernant régulier en Normandie. Il exploite aussi bien le littoral que les eaux douces. Les données anciennes sont peu précises car l’oiseau était, en période internuptiale, déjà considéré comme assez commun comme l’indique Gadeau de Kerville (1892) : « Toute la Normandie. Sédentaire et de passage régulier en mars et avril, et en automne. Assez commun ».

En décembre 2014, les 18 dortoirs littoraux occupés par les grands cormorans dans le département de la Manche hébergent en moyenne 91 individus ; ceux du Calvados 85,5 et ceux de Seine-Maritime 159. Sur le long terme, la moyenne des effectifs par dortoir occupé est de 117 individus, elle a décru au cours de la décennie 1990 pour se stabiliser depuis. Les 14 dortoirs continentaux occupés par les grands cormorans dans le département de la Manche hébergent en moyenne 39 individus ; ceux du Calvados 106, ceux de l’Orne 14, ceux de l’Eure 83 et ceux de Seine-Maritime 33. Sur le long terme, la moyenne des effectifs par dortoir occupé est de 95 individus, elle a constamment décru depuis le début de la décennie 1990.

Sur le long terme, depuis 1990, il n’y a aucune évolution significative des effectifs réellement recensés (R2 = 0,00025) soit 5 800 individus. Compte tenu des estimations présentées, on peut estimer que :

  • la population hivernante de grand cormoran en Normandie est globalement stable depuis le début des années 1990 ;
  • la population hivernante de grand cormoran en Normandie compte environ 6 400 individus répartis sur 165 dortoirs ; la moitié des hivernants étant littorale, l’autre moitié continentale.
Dortoir hivernal de grand cormoran (photo Gérard Debout)
Dortoir hivernal de grand cormoran (photo Gérard Debout)

Gérard Debout