Aller à la recherche

Mot-clé - mer

Fil des billets

mercredi 15 janvier 2020 08:53

Enquête Oiseaux échoués 2020

En févier 2019, 332 km de littoral ont été prospectés dans le cadre de cette enquête Oiseaux Échoués. 99 oiseaux ont été découverts pour 23 espèces identifiées, soit l’un des taux d’échouage les plus bas des 45 dernières années. Si la cause de mortalité reste inconnue pour la majorité des oiseaux, un oiseau découvert portait quelques traces d’hydrocarbures sans toutefois que nous soyons certains que cet hydrocarbure soit la cause de la mort de l’individu.

Les 22 & 23 février 2020, nous invitons donc les adhérents du GONm à se mobiliser pour visiter les plages à la recherche des oiseaux échoués.

Si vous souhaitez participer, vous pouvez contacter nos coordonnateurs locaux qui organiseront les prospections :

Nous vous rappelons également que depuis 2013, le GONm, en convention avec l’Office Français pour la Biodiversité, met en œuvre une enquête permettant de d’établir des indicateurs de l’état des mers et en particulier les indicateurs Fulmar-litter et Oiled-guillemots.

Il s’agit de ramasser les cadavres de fulmar boréal et de guillemot de Troïl découverts morts sur les plages afin de rechercher la présence de plastiques dans les estomacs des premiers et des traces externes et internes d’hydrocarbures sur les seconds.

Les 22 & 23 février prochains, mais aussi à tout moment de l’année, nous vous invitons donc à rechercher et collecter tous les cadavres de fulmar et guillemot que vous pourrez trouver. Pour cela, vous pouvez mettre le cadavre dans un sac (ou 2 !) en plastique fermé hermétiquement, et noter le lieu et la date de collecte ! Des congélateurs de stockage sont disponibles à Caen, au SMEL à Blainville-sur-Mer mais également chez certains adhérents (nous contacter pour avoir les coordonnées).

En 2019, 1 seul cadavre de fulmar a été nécropsié et son estomac contenait 18 éléments de plastique représentant 0,240.

13 cadavres de guillemots ont été collectés et nécropsies et, comme en 2018, 1/4 d’entre eux présentaient des traces d’hydrocarbures.

Merci d’avance pour votre participation

Fabrice Gallien fabrice.gallien@gonm.org

Gilles Le Guillou gillesleguillou@sfr.fr

Lundi 4 mars 2019 15:15

Arrêté préfectoral de protection de biotope concernant Saint-Marcouf

Saint-Marcouf avril 2016/ photo : Guillaume DEBOUTL’arrêté préfectoral (pour lequel nous avions sollicité votre soutien) vient d’être pris : c’est une victoire du GONm et des protecteurs de la nature !

Lors de son passage en Commission départementale de la nature, des paysages et des sites - formation "nature", un avis favorable a été donné avec un petit compromis.

Ce compromis laisse ouverte la possibilité éventuelle d’un accès printanier à l’Île du Large. L’arrêté de protection de biotope est pris et si le débarquement est autorisé du 1er avril au 31 juillet sur l'Île du Large, ce sera de manière exceptionnelle pour des travaux de réparation ou de restauration - et encore faut-il que les organismes concernés puissent prouver que ces travaux ne peuvent pas être effectués à une autre période ; si ceux-ci ont lieu entre le 1er et le 31 juillet, il faudra impérativement une évaluation d’incidence et une autorisation préfectorale préalable.

Preuve que cet arrêté nous est favorable est qu'il a été approuvé en commission par le GONm, le GMN, Manche-Nature et la Fédération de la pêche. Par contre, les représentants des agriculteurs et des chasseurs ont voté contre pour soutenir les "amis" de l’île du Large.

Sans cet arrêté, une occupation permanente du site par les saccageurs de de l’île du Large était prévisible et il n’y avait pas d’arrêté pour la réserve du GONm sur l’île de Terre.

Ce sont donc plusieurs années d’actions continues et tenaces qui commencent à se concrétiser et il faut se féliciter du combat mené par le GONm et ses adhérents ! En tout cas, et plus que jamais, la veille va continuer !

Gérard Debout
Président du GONm
Conservateur de la Réserve Bernard Braillon, Île de Terre de Saint-Marcouf

Un problème toutefois : l’article paru dans Ouest-France qui ne fait état que de l’avis de l’association des "amis" de l’île du Large ; le journaliste ne nous a pas contactés et la présentation est totalement biaisée et malhonnête : le degré zéro du journalisme d’information !

 


Toutes les discussions sur Saint-Marcouf sur le forum du GONm : http://forum.gonm.org/search.php?keywords=saint-marcouf


Article officiel de la DREAL (publié le 22 mars 2019) :

La DREAL Normandie a organisé, du 08 octobre au 30 novembre 2018 inclus, une consultation du public sur le projet d’arrêté préfectoral portant protection de biotope des îles Saint-Marcouf (50).

L’archipel des Îles Saint-Marcouf abrite l’une des colonies d’oiseaux marins nicheurs les plus denses de France et les effectifs de Grand cormoran (jusqu’à 22 % de l’effectif nicheur du littoral français), de Goéland marin (jusqu’à 11 % des nicheurs français) et de Cormoran huppé (jusqu’à 7 % des nicheurs français) lui confèrent une importance nationale indéniable.

Au regard de ces forts enjeux ornithologiques, il est proposé la mise en place d’une mesure de protection réglementaire de ces îles sous la forme d’un arrêté préfectoral de protection de biotope portant sur les deux îles de l’archipel : l’île de Terre et l’île du Large.

La consultation du public relative à ce projet d’arrêté de protection de biotope est désormais close. 1154 avis ont été exprimés dans le cadre de cette consultation.

Télécharger :